Accord de pêche UE-Maroc : Bruxelles rassure les Sahraouis et enfonce Rabat


Algerie Patriotique.- La Commission européenne respectera, lors des négociations sur un nouveau protocole relatif à l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, la décision de la Cour européenne de justice (CJUE) qui exclut les eaux territoriales sahraouies, affirment des sources sahraouies responsables se référant aux déclarations d’une ministre espagnole.

Dans une déclaration, lundi, à son arrivée à Bruxelles pour participer à la réunion des ministres européens de la Pêche, la ministre espagnole de l’Agriculture et de la Pêche, Isabel Garcia Tejerina, a précisé que le nouvel accord de pêche UE-Maroc «respectera scrupuleusement la décision de la Cour européenne de justice (CJUE) qui a conclu que l’accord en question ne s’applique pas aux eaux territoriales du Sahara Occidental», affirmant que les négociations devant être lancées à cet effet «ne portent pas sur la prorogation de l’actuel accord de pêche (qui expirera le 14 juillet 2018) mais concernent un nouvel accord qui tient compte de la décision de la CJUE».

La ministre espagnole a souligné que les négociations sur un nouvel accord de pêche UE-Maroc, auxquelles les ministres européens de la Pêche ont donné leur feu vert lundi, «respecteront scrupuleusement» la décision de la CJUE qui a conclu que ledit accord «ne s’applique pas «au Sahara Occidental et à ses eaux territoriales» car il s’agit d’un territoire occupé par le Maroc.

Leer más …

Mémorandum sur les allégations du Royaume du Maroc sur la zone tampon

Le Maroc a orchestré ces jours ci un tapage médiatique et diplomatique sans précédent qui a atteint le stade de l’hystérie. Il a même brandi la menace d’engager une action militaire pour annexer les zones libérées, prétextant, selon Rabat, que les forces sahraouies ont violé l’accord du cessez-le-feu conclu entre les deux parties depuis 1991.

Ce tapage de Rabat a été accompagné par une campagne de désinformation sur la réalité qui existe sur le terrain en semant la confusion sur les données géographiques acceptées d’un commun accord par les deux parties, le Front Polisario et le royaume du Maroc.

C’est à ce sujet que les clarifications suivantes s’imposent:

1- L’Accord Militaire N° 1 organisant l’opération du cessez-le-feu entre le Front Polisario et le Maroc stipule que le mur de défense est la ligne de démarcation entre les deux armées jusqu’a à la tenue du référendum et connaitre le statut définitif du territoire, avec la création d’une zone tampon à l’Est du mur large de 5 km sur 2700 km de long.

Leer más …

Accord de pêche UE – Maroc : La Commission européenne respectera l’arrêt de la CJUE

elmoudjahid.com.- La Commission européenne respectera le jugement de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui a conclu le 27 février dernier que l’accord de pêche UE-Maroc n’est pas applicable au Sahara occidental, a affirmé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini qui a souligné que les décisions de cette Cour sont «contraignantes» pour les institutions de l’Union et ses Etats membres.

La Commission européenne respectera le jugement de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui a conclu le 27 février dernier que l’accord de pêche UE-Maroc n’est pas applicable au Sahara occidental, a affirmé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini qui a souligné que les décisions de cette Cour sont «contraignantes» pour les institutions de l’Union et ses Etats membres.  «La Commission respectera le jugement de la CJUE, dont les décisions sont contraignantes pour toutes les institutions de l’UE et tous les Etats membres», a-t-elle écrit dans sa réponse à l’eurodéputé, Miguel Urban Crespo, qui exhortait la Commission à suspendre les négociations de nouveaux accords commerciaux, agricoles et de pêche, avec le Maroc.

La haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité a déclaré, à ce titre, que la Commission a «pris note» de l’arrêt de la CJUE et «l’examine de près afin d’en déterminer les conséquences et les éventuelles mesures à prendre». Evoquant l’autre arrêt de la CJUE rendu le 21 décembre 2016, la première responsable de la diplomatie européenne a reconnu que l’accord d’association UE-Maroc «ne prévoit, actuellement, aucune base légale pour accorder des préférences tarifaires aux produits provenant du Sahara occidental» occupée.

Leer más …

Horst Köhler attendu à Laâyoune pour une visite de quatre jours

Horst Köhleryabiladi.com-. Horst Köhler prévoit de se rendre dans la première semaine d’avril à Laâyoune. L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara sera en visite durant quatre jours. Au quartier général de la MINURSO, les préparatifs pour le médiateur allemand ont déjà commencé, avec notamment des travaux de peinture.

Au cours de son séjour, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU compte effectuer des tournées, par avion, sur les quatre Team Site de la MINURSO installés dans la région. A Laâyoune, Köhler devrait également se réunir avec les représentants des associations pro-Polisario, des unionistes et des autorités marocaines.

Le choix du timing de la visite est bien calculé. En effet, cette date est à quelques jours d’écart de la présentation d’un nouveau rapport d’Antonio Guterres sur la Sahara occidental, ce qui réduit les marges de manœuvre du Maroc.

Leer más …

Traitements inhumains et dégradants des 4 prisonniers politiques saharaouis en grève de la faim

Sidi Abdallahi Abbahah, Abdallahi Lakfawni, El Bachir Boutanguiza et Mohamed Bourial, prisonniers du groupe de Gdeim Izik et détenus au sein de la Prison Kenitra, en grève de la faim et donc placés à l’isolement depuis le 9 mars, continuent leur protestation malgré les traitements dont ils font l’objet.

En dépit de plusieurs plaintes envoyées aux autorités judiciaires marocaines par leur avocate française, Maitre OULED, pour demander l’ouverture urgente d’une enquête pour traitement inhumain, cruel et dégradant du fait de leur isolement, la santé des prisonniers demeure préoccupante.

Deux avocats de l’équipe de défense ont rendu visite aux prisonniers le 21 mars dernier et les prisonniers étaient très affaiblis.

Pour rappel, la loi marocaine autorise seulement l’isolement de détenus par mesure de précaution ou de sécurité, ce qui n’est pas applicable aux cas de ces quatre prisonniers.

Les prisonniers politiques sont maintenant en grève de la faim depuis le 9 mars, exigeant l’amélioration de leur conditions de détention ainsi que leur transfert au sein d’établissements pénitentiaires près de leurs familles.

Leer más …

Kohler: mon mandat consiste à parvenir à une solution garantissant l’autodétermination du peuple sahraoui

Horst KöhlerNew  YorK, 24 marrs 2018 (SPS)

L’ancien président allemand, Horst Kohler, a défini avec clarté son mandat en tant qu’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental, en expliquant devant le Conseil de sécurité qu’il consistait à “trouver une voie pour l’avenir” pouvant mener à une solution garantissant l’autodétermination du peuple sahraoui.

“Mon rôle dans ce processus n’est pas celui d’un arbitre qui doit juger qui avait raison et qui avait tort dans le passé. Mon mandat consiste à trouver une voie pour l’avenir, une voie pouvant mener à une solution mutuellement acceptable et qui permette l’autodétermination du peuple sahraoui”, a affirmé Kohler dans sa première présentation sur le Sahara occidental, reprise par  l’APS..

Kohler qui a expliqué sa vision du processus de paix qu’il compte relancer prochainement a précisé que son objectif était de relancer les négociations directes entre les deux parties au conflit dans le courant de l’année 2018.

Leer más …

Le Maroc menace la vie des prisonniers de Gdeim Izik

Le 9 mars, 8 prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik détenus au sein des prisons d’Ait Melloul et de Kenitra, ont entamé une grève de la faim pour exiger le respect de leurs droits fondamentaux.

Le 8 mars, les directeurs respectifs de ces deux prisons ont informé les prisonniers qu’ils avaient reçu une note de service, une note officielle disant que s’ils entamaient une grève de la faim, ils seraient placés à l’isolement.

Dans la prison d’Ait Melloul, Sidahmed Lemjeyid et Mbarek Lefkir ont suspendu leur grève de la faim le 12 mars après les menaces proférées par le directeur de la prison. 

Selon les informations des familles, Mohamed Bani et Brahim Ismaili ont été placés à l’isolement le 12 mars sans aucun accès à l’eau potable. Les cellules d’isolement au sein desquelles ils ont été confinés sont connues pour être des “cercueils” et n’ont pas de fenêtres, les prisonniers doivent dormir par terre.

La fille de M. Ismaili a rapporté le fait que le directeur régional des prisons d’Agadir et le directeur de la prison d’Aït Melloul 2 ont dit à M. Ismaili que s’il tombait dans le coma, ils lui donneraient une injection pour se débarrasser définitivement de lui. Ce qui mettrait “fin aux ennuis”.

Le 9 mars dernier, à 8h du matin, Sidi Abdallahi Abbahah, El Bachir Boutanguiza, Mohamed Bourial et Abdallahi Lakfawni ont été conduits dans des cellules d’isolement à Kenitra puisqu’ils ont décidé d’entamer une grève de la faim.

Leer más …

Avocates françaises détenues arbitrairement à Casablanca et expulsées du territoire marocain

COMMUNIQUE DE PRESSE

Nous, Ingrid METTON et Olfa OULED, avocates au barreau de Paris, exprimons notre plus grande indignation face à la nouvelle atteinte portée à notre profession et face à l’entrave à l’exercice des droits de la défense.

Avocates de la défense de prisonniers sahraouis, nous nous sommes rendues au Maroc pour rendre visite à nos clients dans le cadre de leur pourvoi en cassation, suite à leur condamnation par la Cour d’appel de Rabat le 19 juillet 2017.

Hier, lundi 12 février 2018, nous avons été interpellées à la descente de notre avion à Casablanca à 20h40. Nos passeports ont été confisqués. Nous avons été retenues sans motif et sans aucune notification jusqu’au lendemain 14h avant d’être expulsées du territoire.

Pendant plus de 18 heures, nous avons été placées sous escorte policière au sein de la zone internationale de l’aéroport de Casablanca et laissées sans  information.

Leer más …

4ème Commission des Nations Unies appelée à visiter les territoires occupés du Sahara occidental

Isabel Lourenço

Lors de la réunion de la Quatrième Commission pour la décolonisation des Nations Unies, qui a eu lieu du 3 au 6 octobre, Isabel Lourenço, collaboratrice de PUSL et membre de la Fundación Sahara Occidental, a dénoncé la situation des prisonniers politiques et attiré l’attention sur la responsabilité de la communauté internationale qui, avec sa complicité silencieuse et son inaction, est responsable des souffrances du peuple sahraoui.

Après avoir dénoncé certains des crimes commis par le Royaume du Maroc, elle a appelé à la visite d’une mission de la 4ème Commission dans les territoires occupés, comme stipulé dans le mandat de cet organe.

Leer más …

Gdeim Izik: rapport dénonçant le procès par le maroc de prisonniers politiques sahraouis basé sur des aveux obtenus sous la torture

gdeim izik

Dans un rapport [1] détaillé, l’activiste des droits humains portugaise Isabel Lourenço dénonce les illégalités commises pendant le procès des prisonniers politiques sahraouis connus sous le nom de groupe de Gdeim Izik.

Ce groupe a été enlevé, mis arbitrairement en détention et torturé en 2010 après le démantèlement par les forces marocaines d’occupation au Sahara occidental d’un camp de protestation pacifique appelé Gdeim Izik, que Noam Chomsky avait décrit alors comme le début du Printemps arabe.

Les prévenus ont été condamnés par un premier procès militaire en 2013, mais la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire marocaine, a décidé qu’un nouveau procès devant une cour civile devait avoir lieu en raison du manque de preuves pour les crimes allégués et parce que le procès militaire était basé uniquement sur des procès-verbaux de police.

Dans ce précédent procès, le tribunal militaire de Rabat a condamné tous les prévenus exclusivement sur la base de leurs aveux obtenus sous la torture.

Leer más …

Communiqué des Families du Group Gdeim Izik

Suite aux enlèvements conduits par l’administration pénitentiaire des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik, ces derniers ont été dispersés dans différentes prisons à l’intérieur du Maroc sans que leurs familles en soient averties.

Après avoir communiqué avec certains de ces détenus, l’ampleur de la souffrance apparaît clairement. La situation de nos enfants est tragique du fait de cette maltraitance et du désir politique de vengeance, contraire à toutes les règles et conventions internationales garantissant leur dignité et leurs droits. La situation des prisonniers politiques sahraouis peut être résumée comme suit :

  • Maltraitance par les insultes et la diffamation pendant et après le transfert, en particulier ceux d’Abdallahi Toubali, Brahim Elismaili dans la prison de Tiflet 1 et Tiflet 2, ainsi que Sidahmed Lamjayed et Mohamed Bani dans la prison d’Ait Melloul.
  • Tous les prisonniers sont détenus dans des cellules isolées qui ne remplissent pas les conditions d’hygiène. Certaines sont pleines de vermines, les rats y pénètrent, la proximité des prisonniers du droit commun conduit à respirer des émissions polluantes (cannabis et tabac). Toute les affaires qu’ils avaient apportées nécessaires à leur entretien leur ont été confisquées, comme des couvertures, vêtements, livres et médicaments.
  • Ils n’ont pas accès aux traitements médicaux nécessités par leur état de santé, c’est le cas en particulier de Sidahmed Lamjayad et Brahim Elismaili.
  • Il a été mis fin au droit de visite libre des détenus, et la mère du prisonnier politique Mohamed Mbarek Lafkir s’est vue refuser de le visiter à la prison d’Ait Melloul.

Leer más …

Uso de cookies

porunsaharalibre.org utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies