Gdeim Izik: rapport dénonçant le procès par le maroc de prisonniers politiques sahraouis basé sur des aveux obtenus sous la torture

gdeim izik

Dans un rapport [1] détaillé, l’activiste des droits humains portugaise Isabel Lourenço dénonce les illégalités commises pendant le procès des prisonniers politiques sahraouis connus sous le nom de groupe de Gdeim Izik.

Ce groupe a été enlevé, mis arbitrairement en détention et torturé en 2010 après le démantèlement par les forces marocaines d’occupation au Sahara occidental d’un camp de protestation pacifique appelé Gdeim Izik, que Noam Chomsky avait décrit alors comme le début du Printemps arabe.

Les prévenus ont été condamnés par un premier procès militaire en 2013, mais la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire marocaine, a décidé qu’un nouveau procès devant une cour civile devait avoir lieu en raison du manque de preuves pour les crimes allégués et parce que le procès militaire était basé uniquement sur des procès-verbaux de police.

Dans ce précédent procès, le tribunal militaire de Rabat a condamné tous les prévenus exclusivement sur la base de leurs aveux obtenus sous la torture.

Leer más …

Communiqué des Families du Group Gdeim Izik

Suite aux enlèvements conduits par l’administration pénitentiaire des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik, ces derniers ont été dispersés dans différentes prisons à l’intérieur du Maroc sans que leurs familles en soient averties.

Après avoir communiqué avec certains de ces détenus, l’ampleur de la souffrance apparaît clairement. La situation de nos enfants est tragique du fait de cette maltraitance et du désir politique de vengeance, contraire à toutes les règles et conventions internationales garantissant leur dignité et leurs droits. La situation des prisonniers politiques sahraouis peut être résumée comme suit :

  • Maltraitance par les insultes et la diffamation pendant et après le transfert, en particulier ceux d’Abdallahi Toubali, Brahim Elismaili dans la prison de Tiflet 1 et Tiflet 2, ainsi que Sidahmed Lamjayed et Mohamed Bani dans la prison d’Ait Melloul.
  • Tous les prisonniers sont détenus dans des cellules isolées qui ne remplissent pas les conditions d’hygiène. Certaines sont pleines de vermines, les rats y pénètrent, la proximité des prisonniers du droit commun conduit à respirer des émissions polluantes (cannabis et tabac). Toute les affaires qu’ils avaient apportées nécessaires à leur entretien leur ont été confisquées, comme des couvertures, vêtements, livres et médicaments.
  • Ils n’ont pas accès aux traitements médicaux nécessités par leur état de santé, c’est le cas en particulier de Sidahmed Lamjayad et Brahim Elismaili.
  • Il a été mis fin au droit de visite libre des détenus, et la mère du prisonnier politique Mohamed Mbarek Lafkir s’est vue refuser de le visiter à la prison d’Ait Melloul.

Leer más …

Procès de Gdeim Izik – Requête de l’ACAT auprès des rapporteurs spéciaux de l’ONU

Visite de M. Macron au Maroc – Le président doit affirmer sa vigilance sur les droits de l’homme

Emmanuel Macron sera en visite officielle au Maroc les 14 et 15 juin, où il rencontrera le roi Mohammed 6. Selon l’ACAT, il est nécessaire que le président français évoque publiquement la question du procès emblématique de Gdeim Izik actuellement qui se déroule actuellement devant la Cour d’appel de Rabat. Mardi 13 juin, l’ACAT a déposé une requête [1] auprès de plusieurs rapporteurs spéciaux  de l’ONU [2] pour dénoncer les violations graves subies par les 24 militants politiques et défenseurs des droits de l’homme sahraouis qui font l’objet d’un procès inique, caractérisé notamment par la prise en compte d’aveux signés sous la torture.

Selon Hélène Legeay, responsable Maghreb/Moyen-Orient à l’ACAT, « Nous espérons qu’Emmanuel Macron fera preuve, à l’égard de Mohammed VI, de la même fermeté qu’avec Vladimir Poutine. Le procès de Gdeim Izik est emblématique du peu d’égard du Royaume pour les droits de l’homme en général et les droits des sahraouis en particulier. La France, en tant que premier partenaire du Maroc, ne peut décemment pas fermer les yeux sur cette affaire. »

Leer más …

Le sixième anniversaire de démantèlement sauvage de campement Gdeim Izik

gdeim-izik

 

Prisonniers politiques sahraouis Groupe Gdeim Izik
Prison El-Aarjat Salé Maroc
Le 07 novembre 2016

Communiqué

On commémore aujourd’hui le  sixième anniversaire de démantèlement militaire de campement Gdeim Izik des personnes déplacés, ainsi les perquisitions et saccage des maisons qu’a connu la ville d’El Aaiun occupée ce même jour.

Après un mois de résistance et de défi, pendant lequel le peuple sahraoui aux territoires occupés a démontré les plus grandioses formes de protestation et de résistance pacifique, ce qui a perturbé la machine coloniale, qui n’a pas trouvé de solution autre que la répression d’un peuple sans défense, mais armé de son droit à la liberté et à la dignité sur son territoire. Elle a brulé les tentes, maltraités les enfants, les femmes et les personnes âgés, enlevés et emprisonnés des centaines des sahraouis, elle a tué des protestants pacifiques.

Leer más …

Uso de cookies

porunsaharalibre.org utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies