Le Maroc menace la vie des prisonniers de Gdeim Izik

Le 9 mars, 8 prisonniers politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik détenus au sein des prisons d’Ait Melloul et de Kenitra, ont entamé une grève de la faim pour exiger le respect de leurs droits fondamentaux.

Le 8 mars, les directeurs respectifs de ces deux prisons ont informé les prisonniers qu’ils avaient reçu une note de service, une note officielle disant que s’ils entamaient une grève de la faim, ils seraient placés à l’isolement.

Dans la prison d’Ait Melloul, Sidahmed Lemjeyid et Mbarek Lefkir ont suspendu leur grève de la faim le 12 mars après les menaces proférées par le directeur de la prison. 

Selon les informations des familles, Mohamed Bani et Brahim Ismaili ont été placés à l’isolement le 12 mars sans aucun accès à l’eau potable. Les cellules d’isolement au sein desquelles ils ont été confinés sont connues pour être des “cercueils” et n’ont pas de fenêtres, les prisonniers doivent dormir par terre.

La fille de M. Ismaili a rapporté le fait que le directeur régional des prisons d’Agadir et le directeur de la prison d’Aït Melloul 2 ont dit à M. Ismaili que s’il tombait dans le coma, ils lui donneraient une injection pour se débarrasser définitivement de lui. Ce qui mettrait “fin aux ennuis”.

Le 9 mars dernier, à 8h du matin, Sidi Abdallahi Abbahah, El Bachir Boutanguiza, Mohamed Bourial et Abdallahi Lakfawni ont été conduits dans des cellules d’isolement à Kenitra puisqu’ils ont décidé d’entamer une grève de la faim.

Leer más …Le Maroc menace la vie des prisonniers de Gdeim Izik

L’UE réclame des informations sur les accusations de mauvais traitements des Sahraouis dans les prisons marocaines

libertadpresospoliticossaharauisaps.dz

BRUXELLES – L’Union européenne (UE) a réclamé des informations sur le cas du prisonnier politique sahraoui Mohamed Daoudi, victime de tortures et de mauvais traitements, lors de sa détention, début octobre, à la prison de Guelmim (Maroc) par les autorités d’occupation marocaines, a indiqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

“La délégation de l’UE au Maroc s’interroge actuellement sur le cas de Mohamed Daoudi auprès de la CNDH (Conseil national marocain des droits de l’Homme)”, a fait savoir Mogherini dans une réponse écrite adressée à l’eurodéputée espagnole Paloma Lopez qui l’interpellait sur la situation de ce prisonnier politique sahraoui.

La haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité de l’UE a promis, à ce titre, de “communiquer au Parlement toutes les informations qu’elle pourra obtenir à cet égard”.

L’UE, a-t-elle poursuivi, suit de près la situation des droits de l’homme au Maroc et au Sahara occidental à travers des contacts avec les organisations de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) et ses bureaux régionaux.

Leer más …L’UE réclame des informations sur les accusations de mauvais traitements des Sahraouis dans les prisons marocaines

Uso de cookies

porunsaharalibre.org utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies