Le Lesotho réitère son “soutien sans équivoque” au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

This post is also available in: Español (Espagnol) Português (Portugais - du Portugal) English (Anglais)

ADDIS ABEBA – Le Lesotho a réitéré mardi son “soutien sans équivoque” au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, affirmant que le colonialisme “appartient à l’ancienne ère “.

“Je me réjouis que notre nouveau ministre des Affaires étrangères et internationales ait publiquement dissipé si tôt le nuage sur le Sahara Occidental. Le Lesotho soutient sans équivoque l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental. Le colonialisme appartient à l’ancienne ère”, a déclaré l’ambassadeur et représentant permanent du Lesotho à l’Union Africaine, Mafa M. Sejanamane dans une série de tweets.

“Nous avions clairement indiqué et de façon officielle à la République arabe sahraouie démocratique que notre position sur le Sahara occidental n’avait pas changé malgré ce qu’avait déclaré l’ancien ministre (du Lesotho) au Maroc. Il est gratifiant que la politique du Lesotho ait été clairement définie !”, a ajouté Mafa Sejanamane.

Le diplomate a refusé de commenter les motivations de l’ancien MAE du Lesotho, qui en décembre dernier a déclaré à Rabat que son pays “suspendait toutes ses décisions et déclarations antérieures sur le Sahara Occidental”, en maintenant une “neutralité” sur ce conflit. Mais il a promis de faire bientôt des révélations sur cette affaire.

“Pour l’instant, je ne dirai pas comment et pourquoi l’ancien ministre a fait ce qu’il a fait. Bientôt je le ferai ( ) Fin février de cette année, il m’a donné une explication invraisemblable et j’ai refusé de la commenter “, a-t-il indiqué.

La mi-mai, le leader adjoint du Basotho National Party (BNP), Machesetsa Mofomobe, a accusé dans une vidéo à l’adresse des partisans du BNP, la première dame du Lesotho d’avoir perçu des financements “en échange du renoncement du Lesotho à son soutien à la cause sahraouie”.

Mofomobe avait, alors, déclaré qu’un “nouveau gouvernement était nécessaire pour préserver le Lesotho des manœuvres de la première dame”.