Déclaration finale en conclusion de la visioconférence politique sur le Sahara occidental tenue à Bruxelles ce 24 juin 2020

This post is also available in: Español (Espagnol) Português (Portugais - du Portugal) English (Anglais)

Ce 24 juin dernier, la Coordination européenne des comités de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO) et la délégation du Front Polisario pour l’Europe ont organisé une visioconférence consacrée à la question politique du Sahara occidental sous occupation marocaine depuis 45 ans. Cette conférence fait partie d’un triptyque entamé à Rome pour traiter des questions humanitaires et de la construction de l’État Sahraoui, suivie à Paris d’une conférence relative à la situation des prisonniers politiques sahraouis dans les territoires occupés.

Plusieurs intervenants importants ont marqué cette rencontre : Oubi Bouchraya, Ambassadeur de la R.A.S.D. près des Institutions européennes, Pierre Galand, Président de l’EUCOCO, Joachim Schuster, Président de l’intergroupe du Parlement européen «Western Sahara», Francesco Bastagli, ancien Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies au Sahara occidental, Gilles Devers, Avocat du Front Polisario à la Cour de Justice de l’Union Européenne, Carlos Ruiz, professeur de droit international de l’Université de Santiago de Compostela et Nasir Fagge, professeur d’économie de l’Université de Kanu.

Après avoir analysé et discuté de l’évolution de la cause sahraouie au sein des grandes institutions internationales (ONU, Union Africaine et Union Européenne), les intervenants appellent le Secrétaire général des Nations Unies, Mr Guterres, à désigner rapidement un nouvel Envoyé spécial. Les intervenants insistent sur l’urgence de poursuivre les négociations initiées sous les auspices des Nations Unies pour la mise en œuvre du droit inaliénable à l’autodétermination du peuple sahraoui, la fin de l’occupation marocaine et la libération de tous les prisonniers politiques.

Les intervenants condamnent les agissements et manœuvres dilatoires du Maroc visant à se soustraire à ses obligations internationales, et à dénaturer le processus de décolonisation du Sahara occidental. Ils rappellent au Gouvernement espagnol ses responsabilités en vue de conduire à son terme la décolonisation du Sahara occidental et de reconnaître les droits des sahraouis à leur État, comme l’a déjà fait l’Union Africaine.

Les intervenants ont dénoncé la ligne politique pro-marocaine de la Commission de l’Union Européenne dans ce conflit qui oppose le Front Polisario au Maroc, puissance occupante. Les intervenants demandent aux institutions européennes de se conformer aux arrêts pertinents de la Cour Européenne de Justice concernant les Accords de partenariat EU-Maroc, arrêts qui précisent que le Sahara occidental est un territoire distinct du Maroc.

L’ensemble des participants ont tenu à réaffirmer leur soutien aux revendications légitimes du peuple sahraoui et rappellent l’urgence du respect par l’ONU des promesses du Conseil de sécurité de conduire à son terme le processus de décolonisation du Sahara occidental.

Enfin le mouvement de solidarité poursuivra son action de mobilisation internationale en faveur des droits inaliénables du peuple sahraoui en cette période où l’Afrique entière commémore la fin du colonialisme. (Rés. 1514 de l’AG des N.U.)

Bruxelles, le 24 juin 2020