Arrestation de groupes proches du régime marocain qui tentaient de porter préjudice à des manifestants sahraouis à Bruxelles

This post is also available in: Español (Espagnol) Português (Portugais - du Portugal) English (Anglais)

PUSL.- La diaspora sahraouie en Belgique et le comité belge de solidarité avec le peuple sahraoui ont organisé le mercredi, 02 Décembre 2020 un rassemblement autorisé par la préfecture de la ville de Bruxelles.

Ce rassemblent été organisé devant la commission européenne pour exprimer le soutien de la diaspora sahraouie aux initiatives prises par le Front Polisario  à El-Guerguerat, au sud ouest du Sahara occidental et la décision de reprendre la lutte armée suite à la violation du cessez-le-feu par l’armée marocaine ce 13 novembre.

À travers ce rassemblement les présents voulaient:

-Exiger du Conseil de Sécurité l’organisation immédiate, et sans délai du Référendum d’Autodétermination, promis depuis 1991, permettant au Peuple Sahraoui de s’exprimer librement sur son avenir.

-Exiger l’arrêt de la répression dans les territoires occupés et la libération des prisonniers politiques Sahraouis (notamment ceux du groupe de GdeimIzik détenus depuis plus de 10 ans par le Maroc).

-Exiger la fermeture de la brèche illégale d’Elguergarat, par laquelle le Maroc pille les richesses du Sahara Occidental et noie le continent Africain avec sa production de cannabis, dont il est le premier producteur selon l’ONU.

-Dénoncer la décision de l’Union européenne, de renouveler les accords commerciaux incluant le Sahara occidental, avec le Maroc pour financer sa guerre, malgré les décisions de la Cour de Justice européenne, qui précisent que le Maroc et le Sahara Occidental sont deux entités distinctes et séparées

En effet notons que, que plusieurs groupes d’origine marocaine se sont  employé aux alentours de la Place Schuman pour empêcher ce rassemblement, comme ce qu’ont fait leurs compatriotes agressifs durant la manifestation du 28 novembre, place République, à  Paris où s’en sont pris aux Sahraouis, malgré qu’ils ne disposaient d’aucune autorisation de rassemblement.

La police belge à fait face aux perturbateurs marocains qui tentaient d’organiser une contre manifestation illégale et porter préjudice aux militants sahraouis. Selon des sources de Bruxelles des dizaines d’entre eux, ont étés arrêtes z se trouvent menacés de poursuites judiciaires.

Les membres de la communauté sahraouie établie en Europe ont dénoncé les agissements irresponsables de ces groupes et les campagnes d’incitation à la haine contre les sahraouis qu’ils ont lancé, il y a près de deux semaines. Ils regrettent vivement que certains partis politiques marocains et associations développent un chauvinisme et cultive un faux antagonisme entre les deux peuples,  marocain e sahraoui, alors que leur seule aspiration pourrait être de coopérer en paix, dans un esprit de bon voisinage et de respect mutuel.