Haddi – La famille du prisonnier politique sahraoui continue de lutter pour son transfert

This post is also available in: Español (Espagnol) Português (Portugais - du Portugal) English (Anglais) العربية (Arabe)

PUSL.- La famille de M. Haddi et son avocat Me Olfa Ouled ont raconté à Porunsaharalibre es événements qui se sont déroulés cet après-midi.

La famille de Mohamed Lamin Haddi, qui a atteint aujourd’hui son 50ème jour de grève de la faim, n’a toujours pas été autorisée à rendre visite au prisonnier politique sahraoui. Le directeur de la prison leur a dit que ce n’était pas possible en raison des restrictions liées à la covid-19. Nous rappelons que la dernière communication téléphonique de M. Haddi avec sa famille remonte à dix jours, ce qui justifie et augmente la nécessité d’une visite urgente.

La mère, la sœur et le frère de Mohamed Lamin sont restés 7 heures devant la prison ce mercredi 3 mars, les agents de sécurité filmaient la famille.

Le directeur de la prison de Tiflet a appelé la police pour accuser la famille de troubles à l’ordre public.

La famille a été invitée à accompagner les agents au siège de la police où elle a été interrogée sur leur manifestation. La police leur a demandé d’effacer les images liées à leur manifestation devant la prison. Après cette enquête, la famille a quitté le poste de police, car il n’y avait aucune preuve de troubles à l’ordre public comme le prétendait le directeur de la prison de Tiflet.

La famille soutenue par leur avocate continuera à user de l’ensemble des procédures légales non seulement pour rendre visite à M. Haddi mais aussi pour permettre son transfert au sein d’une autre prison.