Esta entrada también está disponible en: Español (Espagnol) Português (Portugais - du Portugal) English (Anglais)

tsa-algerie.com.- L’exercice African Lion 2022 qui a été lancé par le commandement américain pour l’Afrique lundi 20 juin au Maroc suscite la polémique sur le déroulement d’une partie des manœuvres à Mahbes, dans les territoires sahraouis occupés.

Les Etats-Unis ont lancé lundi 20 juin, à Agadir au Maroc, un exercice militaire de grande ampleur en Afrique, avec la participation de 7.500 soldats et des observateurs de plusieurs pays, dont ceux d’Israël qui participent pour la première fois.

La participation des militaires israéliens survient dix mois après la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, suivie d’une accélération de la coopération militaire entre les deux pays.

Menés par le commandement américain en Afrique (Africom) ces manœuvres d’une durée de dix jours se déroulent principalement au Maroc. Des exercices sont prévus aussi en Tunisie, au Sénégal et au Ghana.

Cet exercice a eu lieu dans un contexte de fortes tensions régionales entre l’Algérie et le Maroc, qui n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis août 2021, ainsi que la reprise des hostilités militaires entre le Front Polisario et l’armée marocaine.

Des sources marocaines ont évoqué le prolongement de l’exercice militaire African Lion 2022 à la ville de Mahbes, située en territoire sahraoui occupé, et à la frontière avec l’Algérie.

« Manipulation grossière »

Qu’en est-il exactement ? Interrogé, Amar Belani, l’envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères, a dénoncé une « manipulation grossière » de la part du Maroc. « Il s’agit, encore une fois, d’une manipulation grossière concoctée par les faussaires patentés du makhzen institutionnel », a répondu l’ambassadeur algérien.

Amar Belani affirme que des contacts officiels ont été établis par l’Algérie avec les autorités américaines : « Nous savons avec certitude que pas un seul soldat américain ne mettra les pieds en territoire sahraoui occupé. »

« Par contre, par pur machiavélisme, le makhzen organisera pour ses propres troupes une partie de l’exercice en territoire sahraoui pour prétendre mensongèrement que les manœuvres couvrent le territoire du Sahara occidental. Les faussaires ont un bel avenir dans le royaume enchanté ! », a-t-il dit.

Depuis le deal triangulaire Maroc-Israël-Etats-Unis, qui a été conclu en décembre 2020, le royaume s’est engagé dans la quête d’une reconnaissance internationale de son occupation des territoires sahraouis