Maroc – Négligence médicale intentionnelle du prisonnier politique sahraoui El Wafi

M. El Wafi Wakari, étudiant saharaoui et prisonnier politique du groupe dit “Compagnons d’El Wali”, a été privé de soins médicaux depuis son arrestation en janvier 2016 et ce, alors même que les médecins marocains lui avaient dit qu’il avait besoin d’une intervention chirurgicale urgente.

Après d’innombrables plaintes de la famille auprès des autorités marocaines et du CNDH (Conseil national des droits de l’homme) et des mécanismes des droits de l’homme de l’ONU et de plusieurs interventions du Parlement européen au sujet de l’état de santé de ce prisonnier, la situation ne s’est toujours pas améliorée. Les autorités marocaines continuent ainsi de maltraiter M. Wakari en refusant de le soigner.

L’avocate français qui représente désormais ce prisonnier politique, Maitre Marie ROCH, a adressé une plainte détaillée aux autorités marocaines en rappelant qu’il s’agissait là d’une violation de la loi marocaine elle-même.

Le CNDH est l’organisation désignée par le gouvernement marocain pour surveiller les cas de violations des droits de l’homme au Maroc et enquêter sur les cas de torture et les mauvais traitements au Maroc, conformément à l’OPCAT (Protocole facultatif du comité contre la torture) signé par le Maroc. Le CNDH ne remplit toujours pas son rôle.

Encore une fois, le Maroc ne viole pas seulement sa propre constitution et sa propre loi, mais il ne respecte pas non plus les accords internationaux auquel il est soumis, y compris les conventions onusiennes.

L’ensemble des étudiants du groupe d’El Wali actuellement détenus ont été systématiquement maltraités. Ils ont été condamnés à l’issue d’un procès inéquitable, sans aucune preuve alors même qu’ils ont déclarés avoir été torturés. Plusieurs d’entre eux ont entamé des grèves de la faim depuis plus de 40 jours. Les droits fondamentaux de l’ensemble de ces prisonniers continuent à être violés.

Ayúdanos a difundir >>>