El Bachir Khadda, prisonnier politique Sahraoui du groupe de Gdeim Izik, entre en grève de la faim

El Aaiun, 18 septembre 2018 – La familile d’El Bachir Khadda

Nous, la famille d’El Bachir Khadda, prisonnier politique Sahraoui du groupe de Gdeim Izik, actuellement détenu à la prison Tilftet 2 au Maroc, à plus de 1200 kilomètres de sa ville natale, El-Aiun, au Sahara Occidental, informons qu’il a commencé aujourd’hui, ce mardi 18 septembre 2018, une grève de la faim illimitée.

El Bachir Khadda a été arrêté en 2010 à la suite du démantèlement du camp de Gdeim Izik, et malgré l’absence de preuves, il a été condamné à 20 ans de prison par la Cour d’appel de Rabat en 2017 lors d’un procés marqué par de multiples et graves atteintes au droit à un procès équitable.

En raison des conditions inhumaines et dégradantes de détention auxquelles il doit faire face ainsi que de la détérioration de sa santé, et après de nombreuses plaintes aux autorités marocaines et au CNDH (Conseil national des Droits de l’Homme du Maroc) par lui-même, sa famille et son avocat restées sans réponse, El Bachir a décidé d’entrer une grève de la faim afin:

1 – D’exiger l’accès à des soins médicaux immédiatement

2. – D’exiger son transfert au Sahara occidental en vue de se rapprocher de sa famille

3. – Que la cour de cassation réponde dans un délai raisonnable puisque le groupe Gdeim Izik est maintenant en prison depuis 2010

El Bachir Khadda est à l’isolement prolongée depuis plus de 10 mois et, en raison des longues distances, les visites familiales sont très difficiles. Les appels téléphoniques lui sont permis seulement une fois par semaine, 5 minutes, pour l’ensemble de sa famille. Il a été soumis à des mauvais traitements continus, à des menaces et à du harcèlement de la part de la direction de la prison et des gardiens.

Nous appelons la communauté internationale à soutenir El Bachir Khadda dans ses justes revendications.

 

Ayúdanos a difundir >>>