Le Comité contre la torture des Nations Unies a demandé la libération immédiate du prisonnier politique sahraoui Abbahah

PUSL.- Selon nos sources, son avocate, Maître Olfa Ouled, a présenté une plainte individuelle au Comité contre la torture (CAT), en mai dernier. Le Comité a immédiatement répondu à la demande de mesures urgentes et demandé au gouvernement marocain de mettre fin à l’isolement prolongé que subit Abbahah depuis huit mois.

M. Abbahah devrait faire l’objet d’une libération immédiate, eu égard a son état de santé, a jugé le Comité.

Les mesures provisoires sont octroyées par le Comité, en guise de protection pour éviter tout dommage irréparable, jusqu’à ce que la décision finale soit rendue.

Me Olfa Ouled n’a pas souhaité faire de commentaires s’agissant de procédures en cours devant le Comité contre la torture, car ces procédures sont longues et confidentielles.

Néanmoins, l’avocate de la défense des 18 prisonniers politiques du groupe dit de Gdeim Izik a réaffirmé qu’elle continuerait à utiliser toute voie légale pour protéger la vie de ces hommes innocents, qui sont en train de mourir. Selon elle, tout le groupe doit être protégé car les détenus ont tous des problèmes graves de santé, du fait des tortures subies et du régime sévère de détention. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Mohamed Lamin HADDI prisonnier politique sahraoui est tombé dans le coma hier

PUSL.- La vie des prisonniers saharaouis actuellement détenus au sein de la prison marocaine de Tiflet 2 continue chaque jour à être menacée.

C’est ainsi que M.HADDI est tombé dans le coma hier, mettant ainsi, de facto, fin à la grève de la faim qu’il avait entamé pour protester contre sa mise à l’isolement depuis son transfert, en septembre 2017.

La vie de M.HADDI et des 3 autres prisonniers, M.ABBAHAH, M.KHADDA et M.BOURIAL restent donc entre les mains de l’Administration de la prison de Tilfet, qui semble agir en toute impunité.

M.BOURIAL, dès son arrivée à la prison de Tiflet hier s’est vu privé de toutes ses affaires et placé immédiatement à l’isolement. Il a indiqué avant son transfert à Maître OULED, son avocate, qu’il poursuivrait la grève de la faim jusqu’à la mort et que la mort ne pouvait être pire que Tiflet 2. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

“L’Afrique ne sera libre qu’avec l’indépendance du Sahara Occidental”(responsable africain)

El Aaiun (Camps des réfugiés sahraouis), 14 OCT 2018 (SPS)- Le Vice-ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération,M.Luwellyn Landers s’est félicité, samedi à El Aaiun, les relations solides et profondes entre son pays et la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), mettant en avant l’attachement de l’Afrique du Sud au droit du peuple sahraoui à la liberté et à l’indépendance.

M. Landers qui effectue une visite d’Etat à la RASD pour célébrer avec le peuple sahraoui le 43e anniversaire de l’unité nationale, “a salué les relations solides et profondes entre les deux pays, concrétisées à la faveur de la visite du SG du Front POLISRAIO , M.Brahim Ghali à Pretoria”.

A cette occasion, M. Landers a réitéré l’attachement de son pays au recouvrement de la souveraineté dans tout le continent africain permettant au peuple sahraoui de jouir son droit à la liberté à l’image de Timor oriental.

“L’Afrique du Sud se rappelle avec fierté du soutien du peuple sahraoui au combat mené par le peuple sud-africain contre le régime de l’apartheid”, a affirmé M. Landers, soulignant que son pays ne cessera de soutenir la cause sahraouie juste et de contribuer à la libération de l’Afrique.

“Nous allons œuvrer à ce que l’on accordé à l’Etat sahraoui le statut de membre observateur au sein de l’ONU en attendant la proclamation complète de son indépendance et de sa liberté”, a indiqué Lluwelyn Landars. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Abbahah, prisonnier politique saharaoui entame une grève de la faim

Nous, la famille de Sidi Abdallah Abbahah, prisonnier politique saharaoui du groupe de Gdeim Izik, actuellement détenu au sein de la prison marocaine de Tilftet 2, située à plus de 1200 kilomètres de sa ville natale, El-Aaiun, au Sahara Occidental, informons qu’il a commencé le 1 octobre 2018, une grève de la faim illimitée.

Sidi Abdallah Abbahah a été arrêté en 2010 après le démantèlement de Gdeim Izik et malgré l’absence de preuve quant à une quelconque culpabilité, la Cour d’appel Rabat l’a condamné à perpétuité en 2017, suite à un procès marqué par de nombreuses violations des garanties d’un procès équitable.

Abdallah subit un harcèlement quotidien et se voit infligé des mauvais traitements. Il est à l’isolement prolongé depuis son transfert à Tiflet2, victime de torture psychologique, et de raids quotidiens dans sa Cellule qui s’accompagnent même de violence physiques. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>