Communique de la famille de Monsieur BOURIAL, prisonnier du groupe dit de GDEIM IZIK

PUSL.- Monsieur BOURIAL Mohamed est emprisonné au Maroc, depuis 2010, suite au démantèlent du camp dit de Gdeim Izik. Il a été condamné à une peine de 30 ans, en l’absence de toutes preuves autres que des aveux extorqués sous la torture.

Malgré ses demandes visant à enquêter sur les tortures qu’il a subies, le Royaume du Maroc n’a jamais diligenté d’enquête impartiale, ni cesser tout traitement cruel et inhumain à son endroit. Ces traitements ont d’ailleurs continué après son transfert vers la prison de Tiflet 2 – en mars 2018 – au sein de laquelle il est désormais placé à l’isolement, privé de visite, dans un état de santé précaire qui n’est pas absolument pas pris en charge. C’est dans ce contexte qu’il a mandaté par le biais de sa famille Son Conseil afin de déposer une communication devant le Comité contre la torture de l’ONU en novembre 2018.

Afin de voir sa situation s’améliorer, Mohamed a décidé d’entamer une grève de la faim avec pour revendication principale la protection contre toute forme de torture ou de traitement inhumains par les plus hautes instances internationales.

Depuis le début de sa grève de la faim mercredi 20 mars 2019, la situation s’est aggravée. Il s’agit dorénavant d’une grève sèche, c’est à dire sans eau, car cette ressource lui a été retirée, semble-t-il en guise de représailles.

Il apparaît donc urgent que la situation évolue avant qu’elle n’emporte des conséquences irréversibles.

Très respectueusement, la famille de Monsieur Bourial qui s’associe à ses justes inquiétudes.

El Aaiun, 25 mars 2019

.

Expert des droits de l’homme de l’ONU n’est pas en mesure d’effectuer une visite au Maroc faute de garanties

GENÈVE (19 mars 2019) UN  (ohchr.org).- Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’indépendance des juges et des avocats, Diego García-Sayán, a annoncé que les conditions nécessaires à sa visite au Maroc ne sont pas remplies.

“Le Gouvernement marocain n’a pas été en mesure d’assurer un programme de travail conforme aux besoins du mandat et aux modalités applicables aux visites de pays des procédures spéciales», a-t-il dit.

L’expert des droits de l’homme devait se rendre dans le pays du 20 au 26 mars 2019 pour examiner l’impact des mesures visant à garantir l’indépendance et l’impartialité du pouvoir judiciaire et des procureurs, ainsi que l’exercice indépendant de la profession d’avocat.

“Il est très regrettable que les suggestions de lieux à visiter et le programme de la visite n’aient pas été pleinement pris en compte par le Gouvernement. C’est une condition préalable essentielle à l’exercice du mandat de Rapporteur spécial d’être en mesure de déterminer librement ses priorités, y compris les lieux à visiter”, a-t-il dit.

Leer más …Expert des droits de l’homme de l’ONU n’est pas en mesure d’effectuer une visite au Maroc faute de garanties

Uso de cookies

porunsaharalibre.org utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies