L’Algérie rappelle son ambassadeur en Côte d’Ivoire pour “consultations”

aps.dz.- L’Algérie a décidé de rappeler son ambassadeur en Côte d’Ivoire pour “consultations”, suite aux déclarations du ministre ivoirien des Affaires étrangères, lors de l’ouverture d’un prétendu consulat de son pays à la ville de Laâyoune occupée du Sahara occidental, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

“Le ministère des Affaires étrangères a décidé de rappeler, pour consultations, l’ambassadeur d’Algérie en Côte d’Ivoire, suite aux déclarations sibyllines et insidieuses du ministre des Affaires étrangères ivoirien, lors de l’ouverture d’un prétendu consulat de Côte d’Ivoire à Laâyoune, au Sahara occidental”, précise la même source, relevant que cette ouverture “intervient au mépris des principes et des objectifs consacrés par l’acte constitutif de l’Union africaine, notamment l’impératif d’unité et de solidarité entre les peuples d’Afrique et la défense de l’intégrité territoriale et l’indépendance des pays membres de l’Union.

Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

L’Algérie réagit à l’ouverture d’un consulat ivoirien au Sahara Occidental

alg24.net.- L’Algérie a qualifié mardi l’ouverture par le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire d’une représentation diplomatique dans la ville sahraouie occupée de Laayoune de « transgression flagrante du droit international » et de « violation aux engagements issus de l’acte constitutif de l’Union africaine (UA) », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

L’Algérie a prix acte de l’ouverture par le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire d’une représentation diplomatique dans la ville de Laayoune au Sahara Occidental », lit-on dans le communiqué.

Ce genre d’acte émanant d’un membre fondateur de l’UA est une violation aux engagements issus de l’acte constitutif de l’UA et une transgression flagrante du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU concernant la question de décolonisation du Sahara Occidental », souligne le texte.

Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Nous marchons en solidarité avec les femmes sahraouies

Depuis 45 ans, le peuple sahraoui se bat pour libérer son territoire. Maintenant, le Maroc veut étendre ce pillage à la mer. En janvier 2020, le Parlement marocain a décidé d’étendre les eaux territoriales autour des îles Canaries. Une manœuvre expansionniste pour voler aux Sahraouis leur part de la mer et leurs ressources de pêche, après leur avoir volé d’autres ressources naturelles: dans la région envahie par le Maroc se trouvent des mines de phosphate, minéral utilisé dans les engrais chimiques qui soutiennent l’agriculture industrielle de la révolution verte.

Au cours de ces 45 ans, les femmes sahraouies ont résisté courageusement avec leur peuple dans leur lutte pour la libération et ont maintenu leur dignité, défiant toutes sortes de tortures, d’arrestations, de harcèlement, de calomnies et les prisons du gouvernement marocain. Le peuple sahraoui vit divisé sur son propre territoire, le Sahara occidental. Il est séparé par un mur de 2.700 km de long construit par le Maroc, que les Sahraouis appellent « le mur de la honte », équipé de toutes sortes d’armes militaires. Et une autre partie de la population sahraouie vit dans des conditions infrahumaines en exil, dans les camps de réfugiés du sud d’Alger, grâce à l’aide humanitaire et à la solidarité.

Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

La direction sahraouie se félicite de la déclaration conjointe de l’UA et l’ONU sur l’attachement à la légalité internationale

BIR LAHLOU – Territoires sahraouis libérés- APS .- La République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Front Polisario se sont félicités, vendredi, de la déclaration conjointe rendue publique par l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans laquelle les deux instances ont réitéré leur attachement à la légalité internationale au Sahara Occidental.

Dans un communiqué rendu public par le ministère sahraoui de l’Information, cité par l’Agence de presse sahraouie (SPS), la RASD et le Front Polisario ont affirmé que la déclaration conjointe rendue par les deux organisations “dans les circonstances actuelles et trois décennies après la signature par les deux parties de l’accord de paix UA-ONU en 1991, souligne que le règlement juste, permanent et définitif ne saurait se réaliser sans l’exercice par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément à la légalité internationale qui classe la question du Sahara Occidental dans son cadre légal en tant que question de décolonisation”.
Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>