Lettre du Front Polisario à Federica Mogherini

S.E..Federica Mogherini Haute Representante de l’Union Européenne pour les Affaires Étrangères et la politique de Sécurité

Excellence Madame la Haute Representante,

Nous vous écrivons dans l’urgence à propos d’événements sanglants qui ont eu lieu dans les territoires du Sahara occidental illégalement occupé par le Maroc.

En effet, les forces d’occupation ont mené une répression inouïe contre les civils sahraouis au motif que ceux-ci célébraient joyeusement – et pacifiquement – la victoire de l’Algérie à la Coupe d’Afrique des Nations.

Cette répression s’est soldée par un bilan sinistre : une jeune fille, Sabah, âgée d’à peine 23 ans, a été délibérément percutée par un engin des forces auxiliaires et y a laissé sa vie.

Plusieurs autres manifestants ont été blessés, d’autres encore ont subi brimades et bastonnades, la traque s’est poursuivie jusque tard dans la nuit. Des arrestations ont eu lieu, et un climat de terreur règne sur toute l’étendue du territoire. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

COMMUNIQUE: Le Front POLISARIO a saisi la Cour de Justice Européenne d’un recours en annulation de l’accord UE/Maroc du 28 janvier 2019

Le Front POLISARIO a enregistré auprès du greffe de la Cour de Justice de l’Union Européenne un recours en annulation contre la décision du 28 janvier 2019, par laquelle l’Union européenne a conclu un accord d’association avec le Maroc, en décidant que cet accord s’appliquerait sur le territoire du Sahara occidental.

Dans son arrêt du 21 décembre 2016, la CJUE a jugé que le Maroc et le Sahara occidental étaient deux territoires distincts et séparés, et qu’il ne pouvait y avoir d’activité économique sur le territoire qu’avec le consentement du peuple du Sahara occidental. Ces principes ont été confirmés par deux arrêts de 2018, pour la pêche et pour l’espace aérien.

Le Front POLISARIO s’était aussitôt manifesté pour négocier les accords nécessaires au développement du territoire, dans le respect des décisions de la CJUE. Or, les dirigeants européens ont fait un autre choix. Dans la mesure où la Cour a dit qu’il ne pouvait pas y avoir « d’application de fait », ils ont imaginé un mécanisme « d’application de droit », en inventant un processus explicite d’extension de l’accord UE/MAROC sur le territoire du Sahara occidental. Il s’agit d’une violation caractérisée du principe de souveraineté. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Les institutions de droit marocain n’ont aucun droit pour s’exprimer au lieu et à la place du peuple du Sahara Occidental

Communiqué de presse du Front POLISARIO

Mission du Parlement européen : les institutions de droit marocain n’ont aucun droit pour s’exprimer au lieu et à la place du peuple du Sahara Occidental

Ce 3 septembre, et pour deux jours, une mission du Parlement européen se rend sur le territoire occupé du Sahara occidental pour s’assurer une meilleure connaissance de la situation. Le Front POLISARIO salue cet effort, qui montre la volonté de réunir le plus d’informations possibles avant de prendre les décisions.  Toutefois, il entend rappeler solennellement trois points qui sont essentiels.

Le royaume du Maroc, qui est puissance militaire occupante au sens de la IVème Convention de Genève, n’a aucune capacité pour exercer un quelconque acte de souveraineté sur le territoire. Les autorisations qu’il croit pouvoir donner, spécialement pour l’accès au territoire, sont sans valeur au regard du droit international et du droit européen.  De même, les interlocuteurs relevant du droit marocain que rencontrera la mission ne peuvent, par hypothèse, donner le moindre avis au nom du peuple du Sahara occidental. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Le Polisario dément le “mensonge” du Maroc après la rupture des ses relations avec l’Iran

Chahid ElHafedh, 02 mai 2018 (SPS) Le Front Polisario a qualifié de “grand mensonge” l’affirmation du Maroc selon laquelle le Front Polisario entretient des relations dans le domaine militaire avec l’Iran, défiant Rabat de présenter des preuves de ses “fausses allégations”, après avoir décidé de rompre ses relations avec Téhéran “en raison de son soutien au Polisario”.

Le coordinateur du Front Polisario avec la mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso), M’hamed Khaddad, a indiqué que l’action de Rabat obéit à un “petit opportunisme politique” qui vise à “contourner la reprise des négociations politiques directes demandée par l’ONU” pour le règlement du conflit du Sahara occidental à travers un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, un processus en cours depuis le cessez-le-feu de 1991.

M. Khaddad s’exprimait dans une déclaration à l’agence de presse espagnole, EFE, suite à l’annonce mardi par le Maroc de la rupture des ses relations avec l’Iran.

Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita avait annoncé mardi la décision de son pays de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran en raison, selon lui, du “soutien” iranien au Front Polisario. Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>

Le gouvernement sahraoui dénonce l’intransigeance et la fuite en avant du Maroc (communiqué)

frente polisarioChahid Elhafed, 30juil 2016 (SPS)
Le Front Polisario et le gouvernement sahraoui ont vigoureusement dénoncé l’intransigeance, la politique de la fuite en avant qui ont caractérisé le discours du Roi du Maroc, imputant au Maroc la responsabilité des obstacles continus aux efforts de la communauté internationale visant à trouver une solution juste et durable au conflit du Sahara occidental, a indiqué un communiqué du ministère de l’information.
En réaction au discours du roi Mohamed VI,  le gouvernement sahraoui et le front Polisario ont appelé les Nations unies à assumer leurs entières responsabilités à travers l’exercice des pressions et des sections nécessaires sur l’Etat d’occupation marocain afin de se conformer aux principes de la légalité internationales et  éviter les risques  de la tension et l’escalade dans la région.
Ils ont demandé également au conseil de sécurité de l’ONU à intervenir d’urgence pour faire face aux agissements du Maroc et mettre en application sa dernière résolution concernant  le retour de la composante civile de la MINURSO afin que celle-ci puisse exercer pleinement ses fonctions et fixer un calendrier pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.

Lire la suite…

Ayúdanos a difundir >>>