Moussa Faki Mahamat propose un « mécanisme africain » pour contribuer à résoudre le conflit au Sahara occidental

Par Pierre Boisselet – Envoyé spécial à Nouakchott – jeuneafrique.com

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a remis ce dimanche à Nouakchott un rapport très attendu sur le conflit entre le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Il préconise de mettre en place un mécanisme africain qui, cependant, ne se substituerait pas aux efforts des Nations unies.

Il s’agissait sans doute du document le plus attendu du 31e sommet de l’Union africaine (UA), qui s’est ouvert ce dimanche 1er juillet à Nouakchott. Le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, a remis aux délégations présentes un rapport de sept pages destiné à relancer le processus de paix entre le Maroc et la République arabe Sahraouie démocratique (RASD). Ce texte devait être étudié à huis-clos dimanche 1er juillet. 

Il se fonde sur une série d’entretiens menés ces derniers mois. D’une part, avec le roi du Maroc, Mohammed VI, et son ministre des Affaires étrangères (à Rabat, les 5 et 6 juin) ; d’autre part, avec le président de la RASD, Brahim Ghali, et son ministre des Affaires étrangères (à Tindouf, les 19 et 20 juin). Mais aussi avec le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia et son ministre des Affaires étrangères (les 11 et 12 mars), ou encore avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, fin mars.

Leer más …Moussa Faki Mahamat propose un « mécanisme africain » pour contribuer à résoudre le conflit au Sahara occidental

UA: une délégation marocaine exclue d’une réunion à Addis-Abeba

aps.dz.- ADDIS-ABEBA- L’Union africaine (UA) a décidé samedi d’interdire l’entrée de tous les membres d’une délégation marocaine, ayant tenté de s’introduire de force à la réunion des ministres des affaires étrangères de 15 Etats africains dont la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), concernée par la consultation autour du thème de la réforme institutionnelle de l’UA, en vertu de la résolution  687 issue du dernier sommet d’Addis-Abeba, rapporte l’Agence de presse sahraouie (SPS).

La réunion qui s’est tenue à Addis-Abeba, en présence d’une délégation sahraouie conduite par le ministre de l’eau et de l’environnement, Brahim Mokhtar, a été retardée de deux heures, en raison d’une tentative de la délégation marocaine de s’introduire de force dans la salle, suscitant l’indignation des délégations présentes et des responsables de la Commission Africaine.

Apres la tentative de la Commission africaine de convaincre la délégation marocaine que leur pays n’était pas convié à cette réunion dont la consultation concerne 15 Etats seulement, conformément à l’alinéa 3 de la résolution 687, issue du sommet des chefs d’Etats et de gouvernements en janvier 2018, le Maroc a indiqué qu’il est “déterminé à participer à la réunion aux côtés des 15 Etats concernés par le thème de la réforme, dont la RASD”.

Leer más …UA: une délégation marocaine exclue d’une réunion à Addis-Abeba

Ould Salek estime que le Maroc est acculé et qu’il est condamné à respecter la souveraineté du peuple sahraoui

P160724-1324 Juillet 2016, lexpressiondz.com

«Les échecs successifs du Maroc sur les plans régional et international le poussent à effectuer des manoeuvres, comme il a l’habitude de le faire, mais cette opération est de fait vouée à l’échec» a déclaré, hier, le ministre des Affaires étrangère sahraoui, M.Ould Salek, lors d’une conférence de presse animée au siège de l’ambassade du Sahara occidental à Alger. «Le Maroc n’est pas en position de demander à réintégrer une Organisation dont il a déjà été membre; mais il est en train de demander à intégrer une nouvelle organisation qui s’appelle l’Union africaine. De plus, l’intégration de l’Union africaine ne peut pas se faire à travers un discours ou une motion présenté par des pays tiers, mais conformément à l’article 29 du règlement constitutif de l’Union qui stipule que «tout pays africain désireux d’intégrer l’organisation après l’entrée en vigueur du règlement constitutif est tenu de saisir le secrétariat avant d’être admis». Il faut, en outre, que la majorité des pays membres réponde favorablement à la demande d’intégration exprimée.

Leer más …Ould Salek estime que le Maroc est acculé et qu’il est condamné à respecter la souveraineté du peuple sahraoui

Uso de cookies

porunsaharalibre.org utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies